Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
tests
Daymare: 1998

Daymare: 1998

Invader Studios revient avec un mauvais hommage aux classiques des années 90.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Bon, on ne va pas tourner autour du pot 150 ans. Daymare : 1998 est décevant. C'est vraiment avec des regrets que l'on dit ça parce que, d'un côté on supporte à fond les studios indépendant comme Invader Studio. Mais de l'autre, nous avons la responsabilité d'être sincère avec vous, chers lecteurs. Et c'est comme ça.

Pour vous rappeler le contexte de création, Daymare : 1998 a commencé sa vie en tant que remake de Resident Evil 2 d'où le 1998 dans le titre du jeu. Capcom a mis fin au projet, révélant qu'ils travaillaient eux-même sur une suite. Néanmoins, les développeurs continuèrent de cravacher pour sortir leur version à eux du titre, qui s'avère être un hommage évident à la série des Resident Evil.

Dans Daymare : 1998, le joueur incarne un soldat d'élite envoyé dans un complexe pour une mission d'extraction. Néanmoins, il n'y a plus âme qui vive sur les lieux ... ou presque. Inévitablement, les morts reviennent à la vie et quand cela arriva, c'était vraiment mauvais signe.

Pour commencer par quelque chose (puisque rien ne va), commençons par les munitions. Il n'y en pas assez. Jamais. Même pour des amateurs de Survival-Horror difficile, là, c'était trop. Rien qu'en mode normal, le jeu est punitif et épuisant, à tel point que le jeu ne divertit plus. Tuer des ennemis ne donne pas de sentiment de satisfaction et pour couronner le tout, un système MANUEL de remplissage des balles a été intégré. Alors oui, c'est cool de faire dans le réalisme, mais pourquoi faire ? Réalisme poussé par l'absence de pause lorsque l'inventaire, maladroit, est ouvert ... laissant le joueur se faire gober par le premier zombie qui passe.

Daymare: 1998

L'histoire prend place dans l'Idaho où une compagnie appelée Hexacore Biogenetics a une majeure influence sur la région. Par conséquent, le joueur doit faire son chemin à travers le l'État américain au fur et à mesure que se dévoile l'implication de l'entreprise. L'histoire donc est déjà vue et revue et est combinée à un doublage si fade qu'il doit rendre hommage à ceux d'il y a 20 ans ... Compliqué de s'attacher aux personnages dans ces conditions.

Mais il n'y a pas que du mauvais ! Outre son doublage qui laisse à désirer, sa direction artistique a le don de surprendre plus d'une fois. Tous les modèles de zombies s'identifient correctement et s'accordent bien avec les environnement. Malgré tout l'amour porté par les développeur, il n'a pu empêcher l'intrusion de quelques glitchs et problèmes dont les joueurs auraient pu se passer comme cette vapeur rappelant la charte graphique de Minecraft.

Toujours en ayant Resident Evil en ligne de mire, Daymare : 1998 raconte son histoire via des dossiers, récupérables tout au long de l'aventure. Bien que le bruit caractéristique des pages se faisait entendre, il fut impossible de distinguer ce qui était écrit sur les papiers... ce qui ne gênera pas des joueurs pas emballés ni par le doublage ni par les personnages.

Daymare: 1998Daymare: 1998

Le coup final porté par le jeu est celui porté par ... les zombies. Mentionné précédemment, il arrive souvent que le joueur soit à court de munitions. Et cela est synonyme de mort : le combat à mains nues donne l'impression d'être inefficace tant les zombies trouvent toujours un moyen de mettre fin à vos jours, renforçant le côté punitif du jeu et par la même occasion l'impression négative qu'il laisse.

Par ailleurs, il est possible dans le jeu de contrôler plusieurs personnages, autre qu'un soldat d'élite. Si cette possibilité change le cadre classique perpétué par de nombreuses maisons d'éditions, ce changement de personnage n'altère en rien les difficultés de gameplay évoquées précédemment.

Globalement, Daymare : 1998 est un titre à éviter. Les développeurs de Invaders Studio ont placé la barre trop haut en termes de difficulté. Cela combiné à des mauvaises animations, un doublage catastrophiques et des bugs en veux-tu en voilà, il faudra repasser. Pour apprécier l'esprit des survival-horror sortis dans les années 90, préférer les excellents remake de Resident Evil à Daymare : 1998.

Daymare: 1998Daymare: 1998
04 Gamereactor France
4 / 10
+
Un design soigné.
-
Un doublage plat et fade, une difficulté trop haute, trop de bugs.
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant