Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Gamereactor
tests
NEO: The World Ends With You

Notre test de NEO: The World Ends With You

Une suite plaisante, quatorze ans après les débuts de la série.

Subscribe to our newsletter here!

* Required field
HQ
HQ

C'était un classique de la Nintendo DS, The World Ends With You, resté dans vos mémoires avec le fameux garçon de cuire vêtu à la coupe de cheveux hérissé sorti de l'imagination de Tetsuya Nomura. C'est quelque chose à voir encore aujourd'hui. Il s'est fait attendre mais le voilà. Les Échos ont de nouveau été aperçus à Shibuya, le quartier emblématique de Tokyo, avec plein de nouveaux héros. NEO: The World Ends With You, c'est le nouveau chapitre indépendant de la saga post-apocalyptique urbaine de Square Enix. C'est une remise au goût du jour de la série.

Rindo (le nouveau personnage principal) et ses amis ont appris qu'il existait à Tokyo une compétition en réalité augmentée. Ceux qui achèteront un badge avec des super pouvoirs pourront s'y rendre, y affronter des monstres à la Pokémon et remplir différents objectifs à Shibuya. La dangerosité de la compétition est intimement liée à la couleur du ciel. Plus il rougit, plus les dangers seront nombreux. Rindo et ses amis découvrent rapidement qu'assurer la sécurité des participants n'est pas ici la priorité des organisateurs.

NEO: The World Ends With You

NEO: The Worlds Ends With You est dans la lignée directe de son prédécesseur en ce qui concerne l'intrigue mais du point de vue du gameplay, il s'agit d'une avancée considérable. Rindo et ses acolytes sont lancés dans une aventure en trois dimensions. Les mécaniques du jeu sont très efficaces. Le jeu a été conçu pour les anciennes générations de consoles mais les visuels sont saisissants avec des cinématiques en 3D qui complimentent merveilleusement l'action. Dans la version PS4, les personnages sont cartoonesques. Les angles de vue ont été bien pensés. Ce n'est pas une vue isométrique ni une vue aérienne : on est à mi-chemin entre les deux. L'effet produit est intéressant. C'est une sorte de perpétuelle illusion d'optique. On a l'impression que les gratte-ciel vont s'effondrer sur les personnages.

Dans ce sequel, le combat s'effectue en temps réel, un peu plus comme un hack'n slash. Ça nous a fait un peu penser à Kingdoms Hearts et à Valkyrie Profile. Le joueur donne des ordres d'attaques à quatre différents héros et chacun d'entre eux attaque en utilisant les boutons d'action. Les capacités des personnages dépendent des badges qu'ils utilisent. Il y a 300 badges différents qui donnent des attaques de mêlées et à distance. De ce côté-là, il y a beaucoup de variétés. Les combats sont assez simplistes et rapides. Souvent, il suffit de presser les boutons de manière frénétique (ce qui devient assez vite lassant). De plus, ce sequel semble assez fébrile et difficile à contrôler ; il faudra peut-être un peu de temps aux fans du premier jeu pour prendre en main le combat.

NEO: The World Ends With YouNEO: The World Ends With You

Le récit progresse au fil des jours sur plusieurs chapitres, un peu comme la série Persona. L'écran de discussion entre les joueurs rappelle beaucoup celui de Persona 5. Au fur et à mesure que vous avancez, vous verrez apparaître de nouveaux personnages très stéréotypés comme on en trouve souvent dans les animés. Rindo c'est l'archétype du jeune héros en quête de sens qui se retrouve, on ne sait pas trop comment, propulsé dans une grande aventure.

Il y a quelques moments excitants dans l'histoire comme quand Rindo découvre les règles du jeu des Reapers. Par moments, ça nous a rappelé la série Netflix Alice in Borderland, lorsque les adolescents partent accomplir différentes missions dans un Tokyo désert. Il n'y a toujours pas de doublage mais la bande-son est sympathique. On espérait qu'avec les progrès techniques, on aurait le droit a du doublage mais ce n'était pas le cas.

NEO: The World Ends With You

Découvrir le monde de NEO: The World Ends With You devient rapidement naturel et étonnamment facile. En appuyant sur L1, on peut voir les sections de combat ainsi que les Échos rougeâtres dans la foule. En utilisant cette même fonction de scan, on peut voir quel PNJ a quelque chose à dire. C'est une bonne façon d'apprécier quelques petites histoires secondaires. En déambulant dans Shibuya, on entend beaucoup de conversations entre les personnages mais ces bulles n'interrompent pas votre progression dans le jeu. De même, NEO: The World Ends With You ne vous forcent pas à parler à tout le monde. C'est une expérience décontractée et heureusement, parce que l'aventure dure une cinquantaine d'heures.

NEO: The World Ends With You, c'est un des meilleurs jeux de rôle d'aventures cet été (ex aequo avec Cris Tales). Si ça vous branche, rendez-vous à Tokyo avec Rindo et ses compagnons.

08 Gamereactor France
8 / 10
+
Histoire captivante, audio au top, beaucoup de choses à faire...
-
Les combats sont peu entraînants...
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant